Herbier de Lannes

L'herbier de Lannes, propriété de la ville de Briançon

 

Cet herbier est principalement constitué de plantes récoltées par Lannes dans les Hautes-Alpes, les Alpes de Haute-Provence, le Var et de plantes obtenues par échange dans d'autres régions de France et même de l'étranger. Il était entreposé dans des caisses en bois stockées dans une cave de la bibliothèque de Briançon. Les plantes, accompagnées d'une étiquette d'identification et de localisation, étaient simplement placées sur une feuille de journal ou de papier.  La Direction du Patrimoine de la ville de Briançon a souhaité qu'il soit inventorié et éventuellement réhabilité. L'association Arnica montana a accepté de prendre en charge ce travail.

L'herbier a été dépoussiéré et les parts ont subi un traitement par choc thermique, destiné à tuer les insectes présents en 2014. Les 16000 étiquettes ont été toutes photographiées en 2014-2015. En 2016, les données figurant sur environ  2500 étiquettes ont été rentrées dans une base de données locale. Un nouveau système d'acquisition des données, permettant un travail collaboratif, a été réalisé fin 2016. Cet outil est disponible sur le web. En juillet 2017 nous en sommes à 6000 étiquettes entrées dans la base de données.

Si vous connaissez un peu de botanique, si les écritures manuscrites ne vous rebutent pas, si vous êtes rigoureux(se), faites vous connaitre en utilisant le formulaire de contact du site.

Qui est Jean-Joseph Lannes ?

Jean-Joseph LANNES (1825-1895), est né le 03/09/1825 à Aiguilles (Hautes-Alpes). Il décède à Briançon le 12/05/1895. Il a été douanier, nommé en 1846, et a terminé en 1884 sa carrière comme capitaine. Entre autres distinctions, il a reçu en 1894 une médaille d'or de l'Académie internationale de géographie botanique et les félicitations des plus savants botanistes de son temps. On trouvera sa notice nécrologie rédigée par René Faure, dans le journal « La Durance » du 26/05/1895. Il était membre de la Société botanique de France (1864), de la Société Botanique de Lyon (Membre correspondant, 1874) et de la Société d'Études des Hautes-Alpes. Il a publié un « Catalogue de la Flore du bassin supérieur de l'Ubaye » et un « Catalogue des plantes les plus intéressantes du Briançonnais, Queyras et Vallon de Vars » dans le Bulletin de la Société d'Études des Hautes-Alpes.

Quel est l'intérêt d'un herbier ?

Les données sont des éléments précieux pour mieux connaitre la biodiversité et mesurer et prévoir son érosion. D'une manière générale, mettre à disposition des scientifiques les données d'un herbier ancien, permet d'accélérer l'inventaire de la biodiversité mondiale, ainsi que la mise au point et la calibration de modèles prédictifs des modifications des flores sous l'impact des changements globaux. A ces objectifs premiers s'ajoutent d'autres perspectives de valorisation scientifique, dans les domaines de la biologie, de la phylogénie, de l'écologie et de l'évolution des végétaux