?> Des" puces de neige" dans la vallée de la Clarée

Actualités

Des" puces de neige" dans la vallée de la Clarée


Samedi 2 février 2013, un habitant de la Vachette nous a appelé pour nous signaler une “invasion” d’insectes sur la neige devant chez lui.

En nous rendant sur place, nous avons pu constater qu’il y avait de minuscules animaux (environ 2mm) sauteurs sur la neige, en très grande quantité (sur la photo 1, les aiguilles de Pin sylvestre donnent l’échelle). L’observation à la loupe nous a montré qu’il s’agissait de collemboles (photo 2  avec objectif macro 100 mm)

Après prélèvement, l’observation à la loupe binoculaire au grossissement de 40 fois (Photo 3) nous a montré qu’il s’agissait bien de collemboles appelées parfois “puces de neige”, probablement du genre Hypogastrura (les collemboles sont très difficiles à déterminer). Ces animaux proches des insectes (il y a quelques années, ils étaient inclus dans les insectes), et possèdent un appendice fourchu appelé furca sous l’abdomen (Photo 4). La détente de cet appendice leur permet de sauter. Ces collemboles se nourrissent de débris divers (spores et filaments de champignons). Ils fabriquent une protéine antigel particulière leur permettant de ne pas geler sur la neige.

Ce comportement de regroupements importants  de Collemboles sur la neige est fréquemment décrit au Canada mais semble plus rare en France.  Au Canada, ces regroupements sont attribués à Hypogastrura nivalis appelé communément “puce de neige”.  L’Hypogastrura vient d’être identifié par le spécialiste du MNHN/CNRS (M. Deharveng) : Le Collembole est Hypogastrura socialis, une espèce étrange, rare en France, qui se rencontre en effet parfois sur la neige en grand nombre. Les pullulations sont rarement observées (pas forcément rares) et les conditions qui les déterminent sont peu connues.

ARNICA MONTANA va faire des extractions de sol dans des endroits où des pullulations ont été observées afin de voir si ces “puces de neiges” sont présents en dehors de la période hivernale.

Les témoignages qui nous sont parvenu semblent montrer que les observations de rassemblements d’Hypogastrura sont plus nombreuses en France cette année.  Les conditions météorologiques de cet hiver (froid avec quelques petites périodes de redoux pendant lesquels sont faites les observations) ne sont sans doute pas étrangères à ces rassemblements.

Si vous avez observé ces concentrations de collemboles lors de vos sorties hivernales, il serait intéressant de nous le signaler en précisant le lieu de l’observation et la date.

Photo 1 Photo 2 Photo 3 Photo 4