?> Des tiges de Sabot de Vénus coupées dans la Vallée de la Clarée, Arnica Montana porte plainte

Actualités

Des tiges de Sabot de Vénus coupées dans la Vallée de la Clarée, Arnica Montana porte plainte


Symbole de la flore rare et protégée, le Sabot de Vénus (Cypripedium calceolus) est une orchidée qui doit son nom à la forme de la fleur qui ressemble à un sabot jaune vif de 4 cm entouré de pétales et sépales de couleur pourpre. Cette superbe plante pousse entre 950 et 2 000 mètres d'altitude dans les forêts claires ou des clairières de régions à microclimats froids, sur sols calcaires, humides mais non gorgés d'eau. Si le Sabot de Vénus pousse dans pratiquement tous les secteurs des Hautes Alpes (mis à part le Queyras) il est fréquent dans l'Embrunais et le Briançonais.

Pour pouvoir survivre, les racines de la plante doivent s'associer avec les filaments d'un champignon permettant à l'Orchidée de prélever l'eau et les sels minéraux dans le sol. Pour germer, les graines doivent êtres infectées par un autre champignon microscopique. Inutile donc de prélever un plant de Sabot de Vénus ou des graines pour votre jardin (ce qui est formellement interdit), cette tentative serait vouée à un échec certain. Le Sabot de Vénus est une plante totalement protégée par la loi sur l'ensemble du territoire français (article L-411-1 du code de l'environnement, arrêté interministériel du 20 janvier 1982, modifié par arrêté du 31 août 1995). Il est donc interdit de prélever tout ou partie de la plante (donc de la cueillir), de la transporter, de la vendre ou de l'acheter. Tout prélèvement de la plante est un délit passible d'une sanction pouvant aller jusqu'à un an d'emprisonnement et 15 000 € d'amende (article L.415-3 du code de l'Environnement).

ARNICA MONTANA effectue des suivis annuels des populations de Sabots de Vénus dans plusieurs secteurs des Hautes Alpes. Lors d'un de ces suivis, nous avons constaté que plusieurs tiges fleuries de Sabot de Vénus ont été coupées dans un site de la vallée de la Clarée. ARNICA MONTANA a porté plainte auprès de la Gendarmerie Nationale.