?> Estimation de la pollution par l’ozone à l’aide de plants de tabac du Briançonnais

Actualités

Estimation de la pollution par l’ozone à l’aide de plants de tabac du Briançonnais

©Données ARNICA MONTANA 22 au 29 juin 2019


Importantes variations des dommages foliaires attribuables à l’ozone selon les stations

Cette semaine du 15 au 22 juin, les indices de dommages foliaires attribuables à l’ozone ont été très variables selon les secteurs en allant de 0,37 à Mas de Blais à 5,09 avenue Daurelle (valeur relativement importante). Alors que cette semaine a été marquée par des températures inhabituellement élevées, une circulation automobile non négligeable et de vents venant d’Italie (conditions favorables à la présence d’une pollution par l’ozone), on aurait pu s’attendre à des surfaces de taches dues à l’ozone plus importantes. En fait, la canicule a certainement provoqué la fermeture des stomates des feuilles (structures régulant les échanges de gaz en la feuille et l’atmosphères) limitant la pénétration de l’ozone dans celles -ci. Nous avions déjà noté ce phénomène lors de la canicule de 2003 (J. Garrec, C. Remy. Courrier de la Nature N°243- sept.oct.2008). La Station Daurelle étant orientée vers l’Est a pu subir des taux plus élevés d’ozone venant d’Italie.

Ce phénomène rappelle que les Tabacs indiquent l’effet de l’ozone sur un végétal et non pas une concentration précise du polluant. Cette méthode est donc complémentaire des capteurs chimiques. On regrettera d’ailleurs qu’il n’y ait plus, à notre connaissance, de capteurs de pollution mesurant les concentrations d’ozone à Briançon.